Les Salles Obscures

Le passé éclaire le futur

Euzhan Palcy présente « Rue Cases-Nègres » pour une relecture de circonstance. 28 février 2010

Filed under: Critiques de Films,Rue Cases-Nègres (Euzhan Palcy) — lessallesobscures @ 19:39
Tags: ,

27 ans après sa sortie, le film d’Euzhan Palcy ressort sur les écrans. Retour sur une aventure cinématographique qui mène obligatoirement à des questions sociétales fortes en ces temps d’identité nationale : la place du noir sur les écrans français et dans la culture métropolitaine.

Lors de la présentation pour la re-sortie de Rue Cases-Nègres, Euzhan Palcy a insisté, afin d’éviter tout malentendu, sur la dimension pédagogique de sa démarche. Il ne s’agit pas, en révélant la réalité des Antilles post-coloniales, de demander des comptes mais bien d’informer le plus grand nombre sur des épisodes ignorés de notre histoire commune, de rétablir certaines vérités historiques, d’entamer un travail long et patient de relecture mémorielle, en insistant davantage sur la responsabilité collective que sur la culpabilité individuelle, tout en pensant l’avenir ensemble dans la ferme intention de soigner les plaies de souvenirs encore vifs par la médecine douce d’un art vulgarisateur mais critique dans son procédé et réfléchi dans ses affirmations.

Elle encourage vivement le public antillais à manifester une plus grande curiosité pour sa propre histoire, à franchir le gué de ses préjugés et à substituer une interprétation rigoureuse des évènements à une stigmatisation sans recul de la blessure encore vive d’une France post-coloniale qui tarde à révéler l’ambivalence de son rapport à ses territoires insulaires.

La difficulté du montage financier du film révèle en creux la réticence d’un milieu professionnel, soit disant au diapason de ce que recherche le public, pour les sujets sur des noirs. Le parcours d’Euzhan Palcy, malgré le soutien actif de François Truffaut, s’avérera un véritable périple. Fort d’une avance sur recettes conséquente, le film ne trouve ni producteur, ni distributeur. Ce sera finalement Michel Loulergue, un publicitaire cherchant à entrer dans la production cinématographique, et Aimé Césaire qui boucleront le financement. Le film doit aussi beaucoup à Claude Nedjar rappelle avec émotion Euzhan. Le film rencontrera public (plus de 3 millions d’entrées en France) et remportera prix (Venise, César, FESPACO…). Une véritable leçon.

Son film, sorti il y a 25 ans, charme par l’intelligence de la narration, la véracité de la reconstitution, l’excellence des comédiens principaux et la subtilité de son message. Ce questionnement critique, exempt de manichéisme, dénué de cette colère stérile qui fait d’un cinéma trop engagé une curiosité condamnée à l’oubli pourrait lui aussi déboucher sur des initiatives artistiques dont elle sait son peuple capable à travers la richesse de sa culture. Mais ce dernier voit ses ambitions malmenées par la pénurie d’infrastructure locale, triste état de fait auquel s’ajoute la faiblesse des relais médiatiques qui pourrait en métropole faire découvrir la vitalité de la vie culturelle ultra-marine. Dans un brillant exposé, elle révèle l’absence totale d’efforts des pouvoirs publics pour accélérer la création d’une véritable identité cinématographique antillaise.

Euzhan Palcy conclue en évoquant Parcours de Dissidents, film documentaire sur un épisode méconnue de la deuxième guerre mondiale : la création d’un réseau de résistance outre-mer mis en place juste après la capitulation française redonnant voix aux combattants injustement oubliés. Ce film a été très faiblement commenté dans les médias officiels. Finalement, rien n’a vraiment changé.

Rue Cases-Nègres (1983) d’Euzhan Palcy avec Garry Cadenat, Darling Legitimus. Sur les écrans depuis le 17 février 2010.

Advertisements
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s